Banca Popolare di Sondrio (SUISSE)
Succursale de Monaco - MC
Nos produits et services

> Tous les produits et services




> GoBanking
> Rapports annuels
> Popso (SUISSE) Fund SICAV
> Demande d’informations
 
> Tarifs et Conditions pour la clientèle
 

ARTICOLI CULTURALI

Umberto Veronesi

Le volet culturel du rapport annuel est consacré à Umberto Veronesi, oncologue de renommée internationale.

Né à Milan le 28 novembre 1925, Umberto Veronesi grandit dans un milieu agricole, dont les valeurs lui sont transmises par son père qui meurt, malheureusement, alors qu'il était encore enfant. Cette perte le lie profondément à sa mère, Erminia Verganti, qui lui apprend deux principes fondamentaux: la tolérance et la recherche des causes des évènements.

En 1951, il obtient son diplôme de médecine et commence aussitôt à travailler à l'Institut national du cancer de Milan.

En 1965, avec le soutien de la bourgeoisie industrielle milanaise, il fonde l’Association italienne pour la recherche sur le cancer (AIRC), l'association de bienfaisance la plus importante en Italie à ce jour.

Chercheur inlassable et grand novateur, il met au point au début des années soixante-dix la technique chirurgicale conservatrice de la quadrantectomie. Celle-ci permet aujourd'hui de retirer uniquement la partie du sein touchée par la tumeur, et d’améliorer ainsi la qualité de vie des femmes d'un point de vue physique, mais aussi et surtout psychologique.

En 1982, grâce à un legs généreux de la famille Necchi, qui vivait à Lugano, il fonde l’Ecole européenne d’oncologie (ESO) dont le siège est situé à Bellinzone. Parmi les membres fondateurs, on peut citer le professeur et oncologue tessinois Franco Cavalli.

Homme éclectique et curieux, Umberto Veronesi fonde en 1994 à Milan l'Institut européen d'oncologie (IEO), dont il a été le directeur scientifique jusqu'en 2014.

D'avril 2000 à juin 2001, il occupe la fonction de ministre de la Santé et jette les bases de la loi anti-tabac, adoptée en 2003.

Toujours en 2003, à presque quatre-vingts ans, il crée la Fondation Umberto Veronesi dédiée au financement de la recherche scientifique d'excellence.

Durant sa vie, aussi longue qu’extraordinaire, Umberto Veronesi a notamment reçu 14 fois le titre de docteur honoris causa et a été candidat au Prix Nobel de médecine en 2006.

Il s'est éteint dans sa maison de Milan le 8 novembre 2016.

Clay Regazzoni

L’inserto culturale della nostra Relazione d’Esercizio è dedicato a Clay Regazzoni, pilota ticinese di fama mondiale.

Clay Regazzoni (il cui vero nome era Gian Claudio Giuseppe) nasce il 5 settembre 1939 a Lugano. Si avvicina piuttosto tardi al mondo delle macchine da corsa (all’età di 24 anni) e, dopo le prime esperienze in Formula 3, passa rapidamente alla Formula 2.

Regazzoni fu un pilota istintivo, dalla guida aggressiva e sicura. Le approfondite conoscenze meccaniche, acquisite nell’officina di famiglia, lo agevolavano nella preparazione delle auto da corsa con cui gareggiava.

Nel 1970 esordisce in Formula 1 alla guida di una Ferrari e ottiene una clamorosa vittoria nel Gran Premio d'Italia a Monza. Nel 1979, si impone a Silverstone, al Gran Premio di Gran Bretagna, con l’emergente casa automobilistica Williams.
All’inizio del 1980 gareggia per la Ensign (squadra britannica), ma un drammatico incidente sul circuito di Long Beach (USA) mette fine alla sua carriera in Formula 1 costringendolo su una sedia a rotelle.

Con coraggio e determinazione, negli anni successivi, Clay continua a partecipare a gare, tra cui numerose e massacranti “maratone” africane a bordo di vetture fuoristrada. In questa girandola di corse non si fa mancare le competizioni con auto storiche.

La sua straordinaria forza d’animo gli consente di compiere anche imprese di altro genere, tra le quali si ricorda il “Club Clay Regazzoni – Aiutiamo la Paraplegia”.

Nel 2000, assieme all’ex-sciatrice Michela Figini, viene eletto “sportivo ticinese del secolo”, riconoscimento che gli regala una grande soddisfazione.

Regazzoni scompare tragicamente il 15 dicembre 2006 in un incidente stradale, lasciando un ricordo indelebile nella memoria collettiva.

Francesco Borromini

BPS (SUISSE) dedica l’inserto culturale della Relazione d’esercizio 2016 al celebre architetto ticinese Francesco Borromini (27 settembre 1599 - 3 agosto 1667). Bissonese di origine, all’età di 9 anni si reca, su consiglio di suo padre, presso la Fabbrica del Duomo di Milano presso la quale, durante il periodo di permanenza durato circa 10 anni, acquisirà attraverso un completo apprendistato il notevole bagaglio di conoscenze che gli permetteranno di esprimersi, qualche anno più tardi, attraverso le sue geniali opere architettoniche.

Lascia dunque la Milano di San Carlo Borromeo, a circa 20 anni, alla volta di Roma, la Città Eterna, l’eldorado del mondo architettonico, dove il giovane architetto trova numerosi cantieri in fermento. Egli Viene subito inserito nel cantiere più importante, quello della Basilica di San Pietro, dove viene apprezzato dalle maestranze per la sua genialità e la qualità dei suoi disegni.

La sua carriera architettonica si sviluppa in tutta la sua pienezza attraverso le sue opere. Ne citiamo alcune, tra cui la chiesa di San Carlo alle quattro fontane, il famoso San Carlino che venne poi riproposto dal Botta nel 1999 sulle rive del lago di Lugano, la chiesa di Sant’Ivo alla Sapienza, la chiesa di Sant’Agnese in Agone, la Basilica di San Giovanni in Laterano, e altre ancora.

Il Borromini ci ha lasciato in eredità un patrimonio architettonico di enorme rilevanza: un viatico.
Il suo stile, coraggioso, estroso e innovativo, e la maestosità delle sue opere, sono tutt’oggi oggetto di studio e di approfondimento a livello internazionale.

Johann Heinrich Pestalozzi

Johann Heinrich Pestalozzi (1746-1827), famoso educatore e pedagogista svizzero, è nato a Zurigo da Johann Baptist Pestalozzi – chirurgo – e da Susanna Hotz. Il cognome italiano gli è stato dato in eredità da un antenato del padre, che nel XVI secolo aveva lasciato l’attuale provincia di Sondrio, allora sotto il dominio delle Tre Leghe, per trasferirsi a Zurigo.

Egli si forma nella città sulla Limmat e svolge gli studi superiori – prima in teologia e poi in giurisprudenza – presso il Carolinum, Istituto predecessore dell’Università di Zurigo.

Pestalozzi è noto come educatore e riformatore del sistema scolastico, ma fu anche filosofo. Durante le sue diverse esperienze di educatore, scrisse numerose opere, ciascuna tratta dalla sua esperienza diretta sui diversi metodi educativi da lui intrapresi.
Egli introdusse il concetto di educazione del cuore, conosciuto attraverso la sua famosa triade “Testa, cuore e mano”.

Egli rappresenta, ancora oggi, un’importante fonte di ispirazione per gli studiosi e per gli educatori che, sin dal passato, continuano ad attingere dai suoi concetti e dagli esempi tratti dalla sua esperienza. I numerosi scritti del Pestalozzi sono ritenuti non solo di alto valore in ambito educativo ma soprattutto elementi sostanziali applicabili in questa complessa scienza - la pedagogia - sempre in divenire.

Felix Somary

Felix Somary (Vienne, 21.11.1881 – Zurich, 11.07.1956) est un banquier austro-suisse et l’un des plus grands experts en politique économique de son époque.

Né dans la Vienne impériale, Felix Somary est le fils de Simon Somary, avocat à la Haute-Cour impériale, qui recouvrait les pôles politique, économique et culturel de l’Empire.
Diplômé avec les félicitations du jury de la faculté de droit et d’économie de l’Université de Vienne, il défend une brillante thèse de doctorat sous la direction de Carl Menger. Durant ses études, il publie un essai économique qui fait sensation, notamment auprès du Président émérite de la République italienne, Luigi Einaudi.
A l’issue de son cursus, il devient, aux côtés de ses collègues d’études Emil Lederer, Josef Schumpeter et Otto Bauer, Secrétaire des finances auprès de la banque anglo-autrichienne de Vienne, où il rencontre Ernest Cassel.

En 1909, il déménage à Berlin, où il enseigne à l’Ecole de sciences politiques de 1910 à 1914 tout en œuvrant activement à la promotion des activités commerciales entre l’Autriche, l’Allemagne et l’Angleterre ainsi qu’en Europe de l’Est.

En 1916, à Berlin, il écrit et publie, en collaboration avec Max Weber, un célèbre rapport visant à mettre en garde l’Allemagne et l’Autriche contre l’intensification et les dangers de la guerre sous-marine.

En 1919, il exerce la fonction de directeur de la banque Blankart & Co. à Zurich.

En 1926, il met en garde le monde de la finance internationale contre la menace d’une grande dépression, qui, conformément à ses prévisions, débute en 1929.

Lorsqu’éclate la Deuxième Guerre mondiale, le Conseil fédéral, se fiant à ses compétences, le charge de se rendre à Washington afin d’organiser l’approvisionnement en matières premières pour le compte de la Confédération.
A l’issue de la guerre, Felix Somary remplit des missions importantes et délicates, notamment celle d’assurer le transfert des biens de la maison Rothschild de Vienne en Suisse neutre.

Felix Somary doit sa renommée sur les places financières suisse et internationale non seulement à son esprit d’entreprise mais aussi à son exceptionnelle capacité d’anticipation dans les domaines économique et politique, qui lui ont valu d’être surnommé Le Corbeau de Zurich.

Karl Jakob Burckhardt a déclaré que Felix Somary était le plus grand spécialiste économique et financier de tous les temps en matière d’analyses et de prévisions de crises financières.

A une époque comme la nôtre, les thèses de Felix Somary, qui ont marqué les esprits des fins observateurs et spécialistes de la finance, sont redevenues pleinement d’actualité, au point que la NZZ (Neue Zürcher Zeitung Verlag) a proposé la réédition d’un ouvrage autobiographique rédigé en collaboration avec Tobias Straumann et intitulé: «Erinnerungen aus meinem Leben» (Souvenirs de ma vie).

Alessandro Manzoni

Né à Milan le 7 mars 1785 et mort dans la même ville le 22 mai 1873, Manzoni est une personnalité qui a beaucoup donné à la culture, en quantité mais aussi et surtout en qualité. Une partie de sa vie est liée de façon directe et indirecte à la Suisse. En effet, encore tout jeune, il étudie au collège Sant’Antonio de Lugano chez les pères somasques, qui lui transmettent une bonne formation classique et un goût pour la littérature. Autre élément important qui n’a pas manqué d’influencer sa vie, la conversion au catholicisme de sa première épouse calviniste, Henriette Blondel, fille de l’industriel suisse François-Louis Blondel, apparenté à des banquiers genevois. Cette conversion provoquera chez Manzoni de profondes interrogations et déterminera son rapprochement avec l’Église catholique, qu’il avait jusqu’alors dédaignée. Elle suscitera même chez lui une intense ferveur religieuse qui, dès lors, influera considérablement sur sa production littéraire.

Sans Alessandro Manzoni, la langue italienne aurait manqué d’un incomparable artisan, et elle serait plus pauvre. Pensons seulement à toutes ces phrases tirées des Fiancés et souvent reprises dans le parler quotidien, et pas seulement celui des intellectuels. Quelques exemples: «... Je suis un homme du monde, et je sais comment vont les choses»; «On ne peut pas à la fois chanter et porter la croix»; «Don Abbondio n’était pas né avec un cœur de lion», et ainsi de suite.

Les oeuvres de Manzoni sont toujours actuelles, elles le seront toujours. Elles continuent d’être un exemple d’élégance d’écriture, dans la prose comme dans la poésie.

Vincenzo Vela

Acteur remarquable de la scène artistique et du renouveau du langage figuratif de la sculpture pendant la seconde moitié du XIXe siècle, Vincenzo Vela fut véritablement un homme de son temps. Il prit part, en personne, aux événements politiques et culturels de ces années-là. Farouche défenseur des idéaux de liberté et de justice sociale, tant dans sa vie professionnelle que privée, il fut aussi toujours prêt à défendre ses opinions face à ses adversaires et détracteurs, ce qui lui valut aussi bien l’amitié que l’estime de nombreux acteurs du Risorgimento italien, sans compter l’admiration inconditionnelle d’un vaste public.

Né le 3 mai 1820 dans le bourg tessinois de Ligornetto, non loin de Mendrisio, Vincenzo est le plus jeune des six enfants de Giuseppe Vela et Teresa Casanova. C’est une famille très modeste de petits paysans, cultivant une terre avare dont les maigres revenus viennent compléter ceux d’une auberge et du travail des fils, qui ont dû très tôt gagner leur vie. Vincenzo lui-même, commence à travailler dès son plus jeune âge comme apprenti tailleur de pierres dans les carrières de Besazio, d’où l’on extrait un granit rougeâtre principalement utilisé pour la réalisation d’éléments architecturaux et ornementaux. C’est là qu’il apprend les rudiments du métier. Il partira ensuite un peu plus loin travailler pour Saverio Franzi à Viggiù, patrie d’un autre éminent sculpteur de sa génération, Giosuè Argenti (1819-1901).

Alberto Giacometti

Un talent inné

Alberto commence à dessiner dès la petite enfance. En 1913, il peint son premier tableau à l’huile et modèle peu après ses premières sculptures, les têtes de ses frères Diego et Bruno. L’atelier de son père est un lieu protégé où il grandit dans une proximité extrêmement naturelle avec le monde de l’art. Les travaux de ce «débutant doué par la nature» témoignent dès son plus jeune âge d’un talent extraordinaire – activement nourri par son père. Par ailleurs, Alberto s’exerce assidûment en copiant les grands chefs-d’œuvre, une habitude qu’il conservera toute sa vie. Giovanni Giacometti est un peintre post-impressionniste très apprécié à qui l’on doit un travail intéressant sur la couleur comme source de lumière. Entre le père et le fils se développe un rapport d’échanges réciproques, une intense relation artistique.

Pendant ses années au collège protestant de Schiers, dans le district de Prättigau (1915-1919), Alberto réalise, outre des dessins et des aquarelles, des peintures à l’huile et de petites œuvres sculptées, parmi lesquelles une tête de sa mère et de son compagnon de classe Simon Bérard. De retour à Stampa, il dessine plutôt son environnement familier, sa mère occupée aux fourneaux, sa famille réunie à table et son père. Dans sa phase «enfant prodige», Alberto imite beaucoup son père, mais ses premiers travaux témoignent très vite d’une étonnante capacité à saisir la réalité observée. Sa manie de dessiner le milieu qui l’entoure deviendra par la suite une habitude. Mais déjà à cette époque, son attention n’est pas tant tournée vers le motif que vers ce problème artistique de fond: quel rapport entretiennent les objets que l’on voit à distance avec l’espace qui les entoure?

Adriano Olivetti

Je n’ai pas connu personnellement Adriano Olivetti mais quand, au printemps 1978, j’ai assumé les fonctions d’actionnaire de référence, de vice président et d’administrateur délégué d’Olivetti, on «sentait» partout sa présence: dans mon bureau, dans ceux des cadres qui travaillaient alors dans l’entreprise ou qui l’avaient connu et dans les usines. Car plus qu’un souvenir ou un sujet de nostalgie, Adriano était une présence.

(- Carlo De Benedetti -)

À des années lumières du désir vorace d’accumulation, de l’aventurisme ignare s’en remettant au hasard qui contamine désormais tant d’entrepreneurs, on peut dire qu’Adriano Olivetti a réussi à faire passer l’entreprise et le management du monde industriel au monde post-industriel. Tout comme à la même époque, Freud et Jung ont fait passer la psychologie traditionnelle à la psychanalyse, Picasso a fait passer la peinture de Piero della Francesca au cubisme, Einstein, la physique de Newton à la relativité, Stravinsky, la musique romantique à l’atonalité, et Joyce le roman du XXe siècle à l’œuvre ouverte.

Ignazio Silone

Il est vrai que je suis un citoyen du monde, mais je suis des Abruzzes et l’amour que l’on voue à sa terre, on le porte en soi, il devient une partie de soi, où que l’on aille dans le monde. - Ignazio Silone –

Depuis quelques années, la figure d’Ignazio Silone – écrivain italien antifasciste par excellence – divise les historiens et les intellectuels de façon apparemment inconciliable. Les esprits s’enflamment, à tel point que malgré les nombreuses publications parues sur cette affaire, la polémique ne semble pas se calmer. Que s’est-il donc passé? Partons d’un fait avéré et indiscutable, sorti des archives de l’État il y a un peu plus de dix ans. Le 13 avril 1930, Silone écrit une«dernière lettre» à Guido Bellone, fonctionnaire de la sûreté publique italienne. Quelle était la nature – voilà le sujet du débat – des relations épistolaires entretenues par ces deux hommes? Silone était-il le plus habile et le plus efficace des informateurs de la police fasciste, comme l’affirment les historiens Dario Biocca et Mauro Canali, ou bien un indéfectible adversaire, sa vie durant, du régime de Mussolini, comme le soutient Giuseppe Tamburrano (pour ne citer que les chefs de file des deux camps opposés)? Qui est vraiment Ignazo Silone? Et quelle valeur attribuer à ses écrits?

Quiconque veut vraiment enquêter sur le parcours intellectuel d’Ignazio Silone et chercher la vérité dans le respect des personnes (selon le conseil adressé aux historiens par sa veuve Darina Silone, à Pescina, le 1er mai 2000) doit aller au-delà de la simple antinomie «innocent/coupable». Mais revenons au commencement.